Psychologue.fr – Thérapie & psychologue en ligne

20 Signes que vous êtes (très) probablement TDAH (+ Test)

Si les principaux signes du TDAH se manifestent dès l’enfance ou l’adolescence, le diagnostic du TDAH n’est parfois posé qu’à l’âge adulte, voire après 60 ans. Cet acronyme renvoie au trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité. Le DSM-5 (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux), ouvrage de référence en matière de santé mentale, le classe parmi les troubles neurodéveloppementaux.

Concrètement, le TDAH se manifeste par un ensemble de déficits qui interviennent lors de la période développementale de l’enfant. Ce trouble se caractérise par un mode persistant d’inattention avec ou sans hyperactivité-impulsivité. Il impacte le développement ou le fonctionnement de l’individu, et ce dans diverses sphères du quotidien.

Vous vous interrogez sur la présence potentielle de ce trouble chez vous ou chez un proche ? Une personne de votre entourage a été diagnostiquée TDAH ? Les experts de PsyVize vous présentent les 2O symptômes caractéristiques du trouble du déficit de l’attention, avec ou sans hyperactivité.

Définition du trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité

Ce trouble du neuro-développement se caractérise dès l’enfance par un degré élevé d’inattention, accompagné ou non d’hyperactivité et d’impulsivité. Le TDAH reste handicapant dans la vie quotidienne. Ses symptômes se stabilisent, diminuent ou s’aggravent avec le temps.

Quels sont les 3 types de TDAH ?

Le DSM-5 invite les professionnels de santé mentale à spécifier le type de TDAH en fonction des symptômes associés depuis au moins six mois aux critères diagnostiques d’inattention ou d’hyperactivité-impulsivité. Ainsi, le corps médical reconnaît trois types de TDAH chez l’adulte et l’enfant.

Type de TDAHCaractéristiques
Type inattentif prédominantSix symptômes d’inattention ou plus persistent depuis au moins six mois, sans que soit rempli le critère d’hyperactivité-impulsivité.
Type hyperactif/impulsif prédominantSix symptômes d’hyperactivité-impulsivité persistent depuis au moins six mois, sans que soit rempli le critère d’inattention.
Type combiné ou mixteSix symptômes d’inattention (ou plus) persistent depuis au moins six mois, de même que six symptômes d’hyperactivité-impulsivité (ou plus).
Des symptômes visibles dès l’enfance
Les premières manifestations d’inattention ou d’hyperactivité-impulsivité démarrent généralement avant l’âge de 12 ans. Les symptômes du TDAH ont une incidence sur la qualité du fonctionnement social, scolaire ou professionnel. Le diagnostic peut être posé si ces derniers se présentent au moins dans deux contextes différents : à la maison, à l’école ou au travail, par exemple.

Comment pense une personne TDAH et que ressent-elle ?

Avez-vous déjà essayé de jongler avec plus de trois balles à la fois ? Cette tâche requiert une forte concentration. Imaginez que des distractions constantes se superposent à cela. Il y a fort à parier que vous finissiez par vous agacer et par perdre tous vos moyens. C’est globalement ce que vit une personne TDAH. Non seulement elle peine à se concentrer sur une seule tâche, mais elle parvient aussi difficilement à trier ses idées, qui se bousculent de façon chaotique dans sa tête.

Affronter ces défis quotidiens est à l’origine d’un cocktail d’émotions complexe. Comment ne pas se sentir frustré ou dépassé quand la moindre miette de concentration et d’organisation demande une énergie folle ? Surtout lorsque s’ajoute à cela une pression sociale, professionnelle ou scolaire. Les difficultés liées aux interactions sociales et l’impression de ne pas être compris alimentent le sentiment d’isolement chez de nombreuses personnes TDAH.

Le trouble chez l’enfant, l’adolescent et l’adulte

Le trouble du déficit de l’attention s’exprime dès l’enfance par des symptômes attentionnels. L’enfant a tendance à commencer des activités sans les finir, à l’école il n’écoute pas les consignes et s’éparpille rapidement. Dans leur Manuel de l’hyperactivité et du déficit de l’attention, Martin Desseilles et ses confrères affirment que la situation se complique lorsque des signes d’hyperactivité-impulsivité s’additionnent aux symptômes d’inattention.

Les auteurs précisent que l’adolescence reste une étape périlleuse dans ce contexte. Les symptômes tendent d’ailleurs à s’intensifier à cette période et entament l’estime de soi. Un TDAH non diagnostiqué dans l’enfance accroît les risques de développer des troubles de la personnalité ou des addictions. Le trouble persiste à l’âge adulte, sous une forme ou une autre. Même quand l’hyperactivité a diminué, l’inattention, l’agitation motrice et l’impulsivité restent problématiques.

Les garçons sont davantage diagnostiqués dans l’enfance
D’après les chiffres de l’Inserm, le TDAH concerne 5,9 % des moins de 18 ans et 2,8 % des adultes. Le trouble semble plus fréquent chez les garçons que chez les filles. Les garçons présentant plus de symptômes d’hyperactivité-impulsivité que les filles, ils ont tendance à se faire davantage remarquer dans le cadre scolaire et à être diagnostiqués plus précocement, ce qui expliquerait ce ratio avant 18 ans.

Quels sont les 20 signes évocateurs du TDAH ?

Si les symptômes d’inattention et d’hyperactivité-impulsivité permettent de poser le diagnostic du TDAH, de nombreuses particularités comportementales en découlent. Découvrez 20 signes et symptômes associés au TDAH.

Signe n° 1 : La difficulté à maintenir son attention, première caractéristique diagnostique

Rester focalisé sur une activité ou une conversation vous demande des efforts importants, avec une grande fatigue mentale à la clé. Ces difficultés dans la régulation de l’attention représentent l’un des signes par excellence du trouble du déficit de l’attention.

Votre esprit est en ébullition. Vous sentez qu’il divague sans cesse vers d’autres pensées ou de nouveaux stimuli. Au travail par exemple, vous avez du mal à fixer votre attention, que ce soit pendant les réunions ou lors de la lecture de vos mails.

Signe n° 2 : Le fait de ne pas tenir en place

Vous ne pouvez pas vous empêcher de bouger et il vous est quasi impossible de rester assis pendant de longues heures. Depuis tout petit, vous vous balancez sur votre chaise, vous tapotez des pieds ou vous vous levez comme un ressort. Autant de remarques qu’on vous a faites à l’école ou à la maison, sans que vous puissiez contrôler ce besoin impérieux de mouvement.

Vous ressentez cette agitation intérieure dans des moments calmes ou lors de situations qui vous contraignent à l’immobilité. L’hyperactivité est fréquente chez une partie des personnes atteintes de TDAH, enfants comme adultes. Elle représente une source d’inconfort physique et vous pousse à chercher une stimulation constante en guise d’apaisement.

Signe n° 3 : L’impulsivité

Avez-vous tendance à prendre des décisions à la hâte, sans en évaluer les conséquences ? Une personne souffrant de TDAH ne réfléchit pas toujours avant d’agir et a du mal à freiner ses élans. Ce comportement impulsif impacte son état émotionnel comme sa vie sociale, amicale et professionnelle.

Votre besoin de gratification immédiat vous pousse à passer à l’action. Vous peinez à trouver un équilibre entre vos réactions spontanées et la prise de décision réfléchie, ce qui vous coûte des erreurs et vous entraîne parfois dans des situations épineuses. Face à une émotion forte, comme la colère ou la frustration, vous démarrez au quart de tour sans prendre le temps de respirer et de vous calmer.

TDAH et achats impulsifs
Un gadget qui retient votre attention, une vitrine attirante dans un centre commercial ou encore des promotions irrésistibles : votre impulsivité peut se traduire par des achats impulsifs. Vous remplissez votre panier sans réfléchir en amont à vos besoins réels ou aux conséquences négatives pour votre porte-monnaie.

Signe n° 4 : Les problèmes d’organisation

Vous vous retrouvez souvent dans des situations inconfortables à cause de vos problèmes d’organisation. Votre bureau est totalement désorganisé (voire sens dessus dessous), vous ne classez pas vos papiers importants et peinez à mettre de l’ordre dans votre espace de vie. Tout ce qui relève de l’organisation représente un vrai challenge pour vous.

Faire le tri dans vos pensées ne coule pas non plus de source. Créer un plan détaillé reste un casse-tête, Vous ne parvenez pas à diviser une tâche importante en étapes plus gérables. Les conséquences de ce manque d’organisation se traduisent dans vos performances scolaires et professionnelles, en affectant directement votre productivité.

Signe n° 5 : La difficulté à suivre des consignes

Les personnes touchées par le TDAH ont du mal à saisir et à exécuter des instructions complexes ou des consignes subdivisées en plusieurs étapes. Certaines occultent des informations importantes, d’autres zappent des détails cruciaux ou interprètent de façon erronée les directives. Cette problématique résulte d’une combinaison de facteurs, notamment les problèmes d’attention et d’organisation.

Un adulte ne parvient pas forcément à se repérer dans un mode d’emploi pour monter un meuble ou à suivre scrupuleusement les étapes d’une recette. Une simple activité de coloriage à l’école peut devenir un enfer pour un enfant TDAH. Perdu dans les consignes, il colorie de manière aléatoire ou déborde des zones à remplir.

Signe n° 6 : Les oublis

Les oublis à répétition font partie des signes caractéristiques du trouble du déficit de l’attention. Ces derniers causent des retards, des frictions dans vos relations sociales et beaucoup de frustration, tant pour vous que pour votre entourage.

Vous négligez des informations capitales, passez à la trappe des rendez-vous ou oubliez sans cesse des objets. Par exemple, vous arrivez au bureau sans votre téléphone ou votre lunch box. Certaines échéances vous échappent totalement, que ce soit pour boucler un projet important à temps, ou un devoir si vous êtes lycéen ou étudiant.

Signe n° 7 : La difficile gestion du temps

Pour vous, le respect des horaires et la planification du temps demeurent un défi du quotidien. Vous êtes souvent en difficulté pour estimer de manière réaliste le temps nécessaire pour venir à bout d’une tâche. La conséquence directe ? Vous sous-estimez ou surestimez les délais, sans parvenir à trouver un juste milieu.

N’avez-vous jamais manqué de temps pour terminer un projet d’envergure, ce qui a engendré une bonne dose d’angoisse et des retards ? De nombreuses personnes vivant avec un TDAH rament lorsqu’elles tentent d’anticiper les étapes clés pour atteindre un objectif.

Signe n° 8 : Les problèmes de concentration

Maintenir sa concentration relève de la gageure pour tout individu TDAH. Vous vous retrouvez régulièrement à consulter vos e-mails ou vos réseaux sociaux au lieu d’avancer sur un projet professionnel ou personnel. Vous êtes souvent distrait quand vous êtes coincé dans des réunions ou des repas sans fin. Difficile pour vous de rester productif et concentré sur des tâches monotones.

Ce signe phare est perceptible dès l’enfance. C’est le cas par exemple d’un élève qui fait preuve d’une grande distractibilité au moindre stimulus et peine à rester focalisé sur les exercices à réaliser. Autre cas de figure : un enfant qui griffonne sur ses cahiers au lieu de prendre des notes en classe, comme s’il était déconnecté de son environnement.

Les enseignants repèrent les difficultés de concentration et les signes du TDAH
En général, les enfants touchés par ce trouble neuro-développemental ont du mal à se concentrer sur la trame d’un cours, à suivre les instructions des enseignants ou à effectuer des exercices sans se laisser distraire. Les enseignants remarquent cette difficulté, notamment lorsqu’elle se combine à une variabilité des résultats scolaires en fonction du niveau d’attention et d’énergie de l’enfant. S’additionnent parfois un comportement hyperactif et des signes d’impulsivité.

Signe n° 9 : Le fait de ne pas terminer certaines tâches

Le fait de laisser des tâches en suspens découle des défis qui se présentent à vous, tels que les difficultés d’attention, d’organisation et de gestion du temps. C’est pourquoi l’efficacité n’est pas votre fort. Vous commencez plusieurs projets sans jamais les finir.

Vous avez beaucoup de mal à faire aboutir vos idées malgré votre enthousiasme, laissant souvent des tâches inachevées dans votre sillage. Peut-être avez-vous déjà commencé à réorganiser une pièce, tout en laissant la moitié des objets en plan. Les enfants, quant à eux, abandonnent souvent leurs jeux et leurs activités avant leur achèvement.

Signe n° 10 : L’impatience

Le système de récompense cérébral des personnes TDAH réagit plus fortement aux stimuli immédiats, c’est pourquoi ces dernières recherchent des gratifications sur le court terme. Vous avez bien de la peine à attendre votre tour ou à tolérer des délais et des échéances.

Attendre de longues minutes dans une file d’attente au supermarché reste une vraie plaie pour vous, n’est-ce pas ? Il en va de même si vous subissez une demi-heure de retard dans une salle d’attente. Concernant les enfants, ils sont bien malgré eux incapables d’attendre leur tour lors des temps de jeu, de respecter les règles d’une file d’attente ou de patienter avant d’ouvrir un cadeau.

Signe n° 11 : La propension à s’ennuyer rapidement

Effectuer des tâches administratives, lire un livre dense ou complexe, regarder un film qui n’en finit pas : vous vous ennuyez rapidement dans les situations linéaires. Il vous est quasi surhumain de maintenir votre intérêt durant une période prolongée pour une activité ou une tâche qui ne vous attire guère.

Depuis l’enfance, vous avez besoin d’un environnement stimulant et de changement. Vous aviez certainement tendance à passer rapidement d’un jeu à l’autre lorsque vous étiez jeune. Aujourd’hui, votre recherche de stimuli influence encore votre engagement dans vos activités, vos sorties et vos loisirs.

Signe n° 12 : La tendance à perdre des objets

Quand avez-vous égaré votre téléphone, vos clés ou votre carte d’identité pour la dernière fois ? Comme le Petit Poucet, vous semez des objets sur votre passage. Vous en rangez également certains dans des endroits inhabituels. Vous avez peut-être déjà retrouvé vos lunettes dans le réfrigérateur ou dans le placard. Cette situation vous est sans doute familière.

Idem si vous passez votre temps à chercher vos clés ou certains de vos documents administratifs. Pour vous, il n’est pas aisé de garder une trace de vos affaires personnelles. Cette difficulté, qui vous frustre profondément au quotidien, découle directement de vos problèmes d’attention, de mémoire de travail et d’organisation.

Signe n° 13 : La procrastination

Vous reportez souvent des corvées, des projets ou des travaux malgré leur importance ou leur urgence. Vous peinez à vous mettre en mouvement, notamment lorsque certaines tâches vous demandent une concentration prolongée ou une énergie considérable. Vous préférez alors vous diriger vers des distractions immédiates.

Au travail, vous repoussez les efforts requis, et si possible les échéances, pour venir à bout d’un dossier. Si vous êtes étudiant, vous remettez à plus tard la rédaction de votre rapport de stage ou de votre mémoire. Ce manque de motivation entame votre productivité. Plusieurs éléments sont directement en cause, comme votre difficulté à anticiper les étapes indispensables pour venir à bout d’une tâche, ou encore votre besoin de stimulations instantanées.

Signe n° 14 : Les émotions fluctuantes

Les défis associés au TDAH, tels que l’impulsivité et la difficile gestion des émotions, rendent les variations émotionnelles plus intenses et changeantes. Peut-être subissez-vous des sautes d’humeur fréquentes, à l’origine de réactions qui semblent démesurées par rapport à la situation. C’est le cas de la colère, de la frustration ou de l’irritabilité.

L’anxiété vous envahit par exemple si vous êtes confronté à un contexte stressant. Un changement mineur dans votre environnement vous fait passer de l’enthousiasme à la frustration en un instant. Ces réactions imprévisibles aux yeux des autres compliquent vos relations.

Signe n° 15 : Les difficultés à suivre une conversation

Vous perdez facilement le fil d’une conversation et manquez invariablement des détails importants. De nombreuses distractions, internes ou externes, vous mettent en difficulté dans votre compréhension globale d’une discussion. Vous finissez souvent par décrocher malgré vos efforts.

Les environnements trop bruyants ou hyper stimulants accentuent votre distractibilité. Vous êtes généralement moins impliqué dans les échanges lorsque la conversation inclut plus de quatre personnes. De ce fait, ces difficultés engendrent des malentendus et complexifient vos interactions sociales car vos interlocuteurs ont l’impression que vous êtes distant ou peu intéressé par leurs propos s’ils ne sont pas familiers de ce trouble marqué par l’inattention.

Signe n° 16 : La tendance à interrompre les autres

Certains vous l’ont sans doute déjà reproché : vous coupez régulièrement la parole, ce qui interfère avec le flux de la conversion. Il s’agit là d’un signe typique du TDAH, directement lié à l’impulsivité. Vous avez du mal à attendre votre tour lorsqu’il s’agit d’exprimer vos idées.

Vous ne parvenez pas à patienter lorsque votre interlocuteur développe son propos, ce qui vous conduit à l’interrompre. Si les autres interprètent souvent ce comportement comme un signe d’impolitesse, il résulte surtout de votre difficulté à suivre le rythme des échanges et à rester focalisé sur les contributions d’autrui.

Signe n° 17 : L’anxiété

L’anxiété reste une problématique de taille associée au TDAH notamment lorsque des expériences passées d’échecs ou de réactions malveillantes y ont contribué. Enfants comme adultes subissent une pression permanente pour se conformer aux usages et tenter d’entrer dans le cadre, ce qui peut les mener à l’anxiété généralisée ou à la phobie sociale.

Les défis inhérents à ce trouble engendrent des inquiétudes quant aux performances et aux résultats. Les fluctuations émotionnelles et les réactions impulsives exacerbent parfois les préoccupations quant aux interactions sociales et à l’équilibre des relations. À terme, l’anxiété a un impact sur le bien-être émotionnel et il est d’autant plus ardu de reprendre confiance en soi.

Apprenez à gérer votre anxiété
Pour atténuer les effets délétères de l’anxiété associée au TDAH, plusieurs solutions peuvent vous y aider. C’est le cas des techniques de relaxation comme le yoga, la respiration profonde et la méditation.

Signe n° 18 : Les difficultés à se souvenir de détails

Votre mémoire à court terme vous joue souvent des tours. Lorsqu’il s’agit de suivre des instructions, de retenir des détails essentiels ou de vous remémorer des conversations, vous rencontrez des obstacles. Vous avez du mal à vous souvenir d’une réunion importante en détail ou à retenir les étapes d’une recette de cuisine si quelqu’un vous parle en même temps.

Signe n° 19 : Les prises de risques

Des erreurs sans gravité aux blessures physiques, en passant par des pertes financières, vous avez certainement déjà fait les frais de vos prises de risques. Vous êtes plus enclin que d’autres à prendre des décisions sur un coup de tête sans en évaluer pleinement les conséquences potentielles. Ce signe est souvent très palpable chez les adolescents TDAH.

Votre désir de stimulation et votre impulsivité vous poussent au passage à l’acte. Vous seriez capable, par exemple, d’investir d’importantes sommes d’argent dans des actions risquées sans en mesurer les implications à long terme. Comme la plupart des personnes TDAH, vous manquez de ressources pour estimer les risques de manière réfléchie et posée.

Signe n° 20 : Les difficultés à cerner les attentes sociales

Signe commun à l’autisme et au TDAH, il est possible que vous éprouviez des difficultés à analyser des signaux sociaux subtils. Vous êtes bien en peine lorsqu’il s’agit de détecter les émotions des autres et de manifester des réactions appropriées. Dans votre parcours, cela se traduit par des quiproquos et des difficultés à vous intégrer naturellement dans divers contextes (professionnel, amical, social).

Vous ne remarquez pas forcément les indices non verbaux signifiant que votre interlocuteur est contrarié ou gêné. Ou encore, vous interprétez souvent à tort certaines expressions et tonalités. Autant d’obstacles qui se mettent au travers de votre façon de communiquer et de vos interactions quotidiennes.

Comment savoir si je suis atteint de TDAH ?

Si vous présentez plusieurs symptômes de ce trouble neuro-développemental, il est impératif de confronter votre intuition à l’avis éclairé d’un professionnel de santé mental afin de bénéficier d’une prise en charge adaptée.

Effectuer un premier test en ligne

La première étape est de réaliser une auto-évaluation en ligne, à partir d’un test mis au point par des psychologues. En répondant à une série de courtes questions, vous obtenez un état des lieux de votre situation individuelle. Sachez que ce support ne se substitue pas à un rendez-vous chez votre médecin traitant ainsi qu’à une rencontre (physique ou virtuelle) avec un psychologue spécialisé dans les troubles neurodéveloppementaux.

Il se peut que vous souffriez d’un autre trouble psychique
Le trouble du déficit de l’attention présentant des symptômes similaires avec d’autres pathologies, l’évaluation d’un professionnel de santé suite au test en ligne permet de poser un diagnostic différentiel. Le TDAH se distingue ainsi du trouble du spectre de l’autisme, du trouble bipolaire, des troubles anxieux, des symptômes dépressifs et des troubles de la personnalité.

Consulter un professionnel pour obtenir un diagnostic fiable

Si le psychiatre ou le psychologue que vous consultez suspecte un TDAH suite à un premier entretien, il vous recommande une évaluation approfondie. Cette dernière se base sur des entretiens cliniques et des tests neuropsychologiques destinés à évaluer vos fonctions cognitives. En fonction de votre situation personnelle, une approche thérapeutique vous est proposée. La prise en charge se base sur une thérapie voire sur une prise en charge médicamenteuse.

Reconnaître les signes du TDAH pour le prendre en charge
Le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité se manifeste dès l’enfance par des symptômes tels que les oublis fréquents, l’agitation et les fautes d’inattention à répétition. En tant que parent, la confrontation avec ce trouble complexe reste déstabilisante et source de stress. Elle l’est tout autant lorsque le diagnostic tombe à l’âge adulte. Néanmoins, une approche thérapeutique appropriée et de nombreuses stratégies peuvent vous aider à vous épanouir avec le TDAH.
Votre thérapie à 39€ par semaine

Échangez tous les jours avec un psychologue spécialisé, sans rendez-vous.

Choisissez un(e) psychologue spécialisé dans votre problématique et démarrez votre accompagnement immédiatement.

3 psychologues en ligne